Les provinces canadiennes devraient renouer avec la croissance malgré un contexte économique marqué par l’instabilité

Ottawa, le 31 mai 2022 - Selon une nouvelle étude du Conference Board du Canada, le produit intérieur brut (PIB) réel du Canada devrait augmenter de 4,0 % en 2022, puis de 3,3 % en 2023, en raison d’une multitude de facteurs nationaux et internationaux. La Saskatchewan et l’Alberta devraient être en tête de la croissance du PIB au Canada cette année, grâce au secteur de l’énergie et à d’autres produits de base clés qui ont tous été touchés dans une certaine mesure par l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

« La croissance des dépenses de consommation commencera à ralentir, car les frais d’intérêts pèsent sur le portefeuille des emprunteurs, mais le maintien d’un taux d’emploi élevé et un fort vent de croissance des salaires permettront à l’économie canadienne de continuer à progresser », estime Pedro Antunes, économiste en chef au Conference Board du Canada. « Les perturbations des échanges commerciaux provoquées par l’invasion russe de l’Ukraine et la résurgence du virus de la COVID-19 en Chine ont fait grimper les prix en flèche, ce qui crée un effet domino sur l’inflation des prix à la consommation. »

L’économie de la Saskatchewan avait reculé de 0,3 % en 2021, presque entièrement en raison d’une sécheresse dévastatrice qui a limité la production du secteur agricole. Toutefois, le Conference Board du Canada prévoit une reprise importante en 2022, avec une croissance du PIB de 7,9 %. Même si les rendements agricoles seront inférieurs à la moyenne, la flambée des prix du blé a entraîné une augmentation de la superficie ensemencée des exploitations agricoles.

Après une contraction importante en 2020, le Conference Board du Canada prévoit que le PIB de l’Alberta augmentera de 6,6 % en 2021 et de 4,7 % en 2023. On s’attend à ce que le secteur pétrolier et gazier joue un rôle majeur dans la croissance de la province, mais certains facteurs pourraient limiter le plein essor de ce secteur. L’Alberta devrait également bénéficier d’investissements importants dans le secteur de la fabrication pétrochimique, compte tenu de la construction de trois grandes installations dont la production devrait démarrer au cours des deux prochaines années.

L’économie de Terre-Neuve-et-Labrador a connu une croissance de 1,2 % l’an dernier. Le Conference Board du Canada prévoit un nouveau ralentissement de la croissance du PIB, qui affichera seulement 0,1 % cette année, mais qui connaîtra un fort rebond de 4,2 % en 2023. La faible croissance de Terre-Neuve-et-Labrador est en grande partie due aux défis que connaît le secteur pétrolier et gazier, car les nouvelles activités de forage à Hibernia sont suspendues jusqu’en 2022 et la production sur le site de Terra Nova ne redémarrera que vers la fin de l’année.

Malgré les risques persistants, il y a tout lieu d’être optimiste quant aux perspectives économiques de l’Ontario, car le PIB devrait augmenter de 4,0 % cette année et de 3,2 % en 2023. Cette croissance résultera en partie des dépenses d’infrastructure énoncées dans le dernier budget provincial, qui prévoit 25,1 milliards de dollars au cours de la prochaine décennie pour soutenir la planification et les travaux de prolongement des autoroutes.

Au Québec, la plupart des mesures sanitaires liées à la pandémie et qui ont empêché plusieurs secteurs des services de se redresser complètement en 2021 ont maintenant été levées, ce qui devrait stimuler la croissance dans des secteurs comme l’hôtellerie, le transport et l’entreposage. En conséquence, la croissance du PIB réel devrait atteindre 3,4 % en 2022 et 2,6 % en 2023.

Le Conference Board du Canada prévoit qu’en dépit d’une croissance d’à peine 1,2 % en 2021, le PIB réel du Manitoba sera en bien meilleure posture au cours des deux prochaines années. Grâce à un retour à la croissance dans le secteur des ressources, à des hausses dans le secteur de la production et à un bond important dans le secteur du transport et de l’entreposage, le PIB réel du Manitoba augmentera de 5,4 % en 2022, après quoi suivra en 2023 une autre année de croissance solide de 2,9 %.

La reprise sur le marché du travail de la Colombie-Britannique compte parmi les plus rapides au Canada, mais la province souffre maintenant de ce succès, car de graves pénuries de travailleurs sont devenues un obstacle à la croissance. La pénurie de travailleurs est de mauvais augure pour le secteur du logement. Les mises en chantier devraient chuter de 18,9 % en 2022 et diminuer de 5,6 % en 2023. Malgré cela, le Conference Board du Canada prévoit que le PIB réel de la Colombie-Britannique augmentera de 3,1 % en 2022 et de 3,0 % en 2023.

L’indice des prix à la consommation (IPC) continue d’augmenter et constitue un défi majeur à l’Île-du-Prince-Édouard. En mars, l’inflation dans la province a atteint un taux annuel de 8,9 %, alors que la moyenne nationale était de 6,7 %. Malgré cela, le Conference Board du Canada prévoit que l’économie de l’Î.-P.-É. continuera de se redresser avec une croissance du PIB de 3,6 % en 2022, suivie d’un léger ralentissement correspondant à 3,0 % en 2023.

La reprise économique de la Nouvelle-Écosse après la pandémie se poursuivra, le PIB réel devant augmenter de 2,7 % cette année et de 2,4 % en 2023. En mars, la province a levé toutes les restrictions qui persistaient quant à la COVID-19, ce qui devrait stimuler l’industrie des services, en particulier le tourisme, qui a pris du retard dans la reprise et devrait revenir aux niveaux d’avant la pandémie d’ici l’année prochaine. Le secteur de la transformation des produits de la mer profitera également d’une demande plus forte avec le retour des repas en salle, bien que les exportations vers l’Europe puissent être touchées par la guerre russo-ukrainienne.

Le Conference Board du Canada prévoit que l’économie du Nouveau-Brunswick connaîtra une croissance de 2,3 % cette année et de 2,2 % en 2023. Des hausses démographiques spectaculaires, des perspectives solides dans les ventes au détail et une reprise du marché du travail contribueront à la croissance économique de la province cette année. L’IPC du Nouveau-Brunswick a augmenté de 3,8 % en 2021 et nous nous attendons à une hausse encore plus forte cette année, soit de 5,7 %, en raison de la hausse des prix des produits de base, de la nourriture, du logement et du transport.

Consultez la recherche ici. Les médias doivent contacter media@conferenceboard.ca pour toute question ou demande d’entrevue.

Le Conference Board du Canada

Le Conference Board du Canada est le principal organisme de recherche indépendant au pays. Nous avons pour mission d’habiliter et d’inspirer les dirigeants pour les aider à bâtir un avenir meilleur pour tous les Canadiens grâce à nos recherches dignes de confiance et à nos réseaux inégalés. Suivez le Conference Board du Canada sur Twitter @ConfBoardofCda.

 

Media Contacts

For all requests, including reports and interviews, please contact:

Toll-free*

1-866-242-0075

*From 8 a.m. to 5 p.m. ET; after hours, please send an e-mail.







Woman examining data on computer

Access our research

Access to the Conference Board’s reports is free of charge to professional journalists upon request.

Access our experts

Our experts are available to share research insights. Contact us.