La croissance devrait se poursuivre en 2022, mais les incertitudes liées à la pandémie et à la situation géopolitique font peser un risque considérable sur l’économie canadienne

Ottawa, le 12 avril 2022 - Le Conference Board du Canada a publié ses perspectives économiques sur deux ans et prévoit une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de 4,0 % cette année, et de 3,3 % en 2023. Les perspectives de croissance globale restent essentiellement inchangées par rapport à nos perspectives économiques de l’hiver, publiées en janvier.

« Bien qu’on observe une levée graduelle des restrictions, à des rythmes variables, dans tout le Canada, les infections au sous-variant BA.2 d’Omicron sont en hausse, ce qui indique que la pandémie n’est probablement pas encore terminée, affirme Pedro Antunes, économiste en chef au Conference Board du Canada. L’invasion de l’Ukraine par la Russie ajoute au climat d’incertitude et fait naître de nombreux risques et inconnues qui assombrissent nos perspectives. »

Selon le Conference Board du Canada, la flambée des prix des produits de base engendrée par les actions de la Russie aura de nombreux effets sur l’économie canadienne. La forte hausse des prix du pétrole et du gaz gonfle les profits des producteurs canadiens et les recettes fiscales et les redevances des gouvernements. De même, les prix des céréales et des oléagineux ont grimpé en flèche en raison des craintes d’une baisse substantielle de la production russe et ukrainienne cette année. Nos prévisions reposent sur l’hypothèse que les sanctions contre la Russie perdureront à moyen terme, ce qui maintiendra les prix des ressources à un niveau élevé. La guerre accentuera la pression sur les chaînes d’approvisionnement mondiales et les prix élevés du pétrole maintiendront les coûts de transport à un niveau élevé, ce qui se traduira par une pression à la hausse sur les prix des biens échangés à l’échelle internationale. Bien que ces problèmes existaient avant le déclenchement de la guerre, le Conference Board du Canada s’attend à ce qu’ils perdurent.

Les prix à la consommation ont augmenté de 5,7 % d’une année sur l’autre en février, la plus forte hausse depuis août 1991, et l’inflation devrait s’accélérer en raison de la guerre en Ukraine. La Banque du Canada devrait augmenter ses taux d’intérêt à quatre reprises en 2022. Après une première hausse de 25 points de base en mars, la Banque devrait augmenter de nouveau ses taux en avril, puis de nouveau de 25 points de base en juillet et en octobre. Toutefois, on observe déjà des hausses de prix et le Conference Board du Canada prévoit que l’inflation atteindra en moyenne 5,5 % cette année, un record en 31 ans. L’inflation devrait retomber pour s’établir à 2,6 % en 2023, grâce à des améliorations dans les chaînes d’approvisionnement et au fait que les prix des produits de base redescendront après avoir atteint un sommet.

Les mesures de confinement imposées dans la foulée du variant Omicron ont entraîné des pertes d’emplois en début d’année, mais l’emploi a rebondi en février. Après un début d’année mouvementé, le Conference Board du Canada s’attend à ce que l’économie canadienne crée près de 700 000 emplois en 2022, soutenue par des gains dans le secteur des services commerciaux. La croissance impressionnante de l’emploi en février a fait bondir la population active à 19,5 millions de personnes et le taux de chômage est tombé à 5,5 % – un niveau presque record. Cependant, tout n’est pas rose dans le domaine de l’emploi, car le taux de chômage, qui connaît un creux historique, et le nombre colossal de postes vacants freinent la production dans de nombreuses régions et de nombreux secteurs d’activité au Canada.

Le secteur canadien des exportations a marqué le pas en début d’année, mais les prix élevés des ressources, l’augmentation de la demande mondiale et le rebond des exportations de services laissent présager de solides rendements en 2022. Les problèmes dans les chaînes d’approvisionnement continueront à se faire sentir au-delà du court terme, mais les répercussions ne devraient pas être aussi désastreuses pour certains secteurs que l’année dernière. Les exportateurs seront en bonne position pour profiter enfin de la forte demande des États-Unis au cours des deux prochaines années.

Le Conference Board du Canada s’attend à ce que la guerre en Ukraine demeure confinée à l’intérieur des frontières du pays, mais révise ses prévisions de croissance mondiale pour 2022, laquelle est ramenée de 4,0 à 3,5 %. Dans l’ensemble, les risques observés pèsent sur les prévisions.

Le Conference Board du Canada prévoit que le PIB réel des États-Unis augmentera de 3,6 % en 2022 et de 2,8 % en 2023. Ces prévisions pourraient être fortement revues à la baisse si la Réserve fédérale américaine ne parvient pas à contenir l’inflation. La guerre a accentué les pressions inflationnistes et l’on s’attend à ce que la Fed resserre rapidement sa politique monétaire afin d’éviter une spirale salaires-prix telle que nous l’avons connue dans les années 1970.

La recherche est disponible ici. Les médias doivent contacter media@conferenceboard.ca pour toute question ou demande d’interview.

À propos du Conference Board du Canada :

Le Conference Board du Canada est le principal organisme de recherche indépendant au pays. Notre mission est d’habiliter et d’inspirer les leaders à bâtir un avenir meilleur pour tous les Canadiens grâce à nos recherches fiables et à nos relations inégalées. Suivez le Conference Board du Canada sur Twitter @ConfBoardofCda.

Media Contacts

For all requests, including reports and interviews, please contact: 

Deb Young
media@conferenceboard.ca

Taylor Gadde
media@conferenceboard.ca

Toll-Free
1-866-242-0075
(From 8 a.m. to 5 p.m. ET; after hours, please send an e-mail.)







Access our research

Access to the Conference Board’s reports is free of charge to professional journalists upon request.

Access our experts

Our experts are available to share research insights. Contact us.