Printer icon Print Page

Impacts économiques des feux de forêt de Fort McMurray

Le Conference Board du Canada publie aujourd’hui une note de recherche évaluant l’impact des feux de forêt de Fort McMurray sur les économies de l’Alberta et du Canada. Selon cette note, les répercussions sur le produit intérieur brut (PIB) albertain global seront légèrement négatives pour l’année 2016, alors qu’au niveau national, les conséquences seront à peine perceptibles.

Les feux de forêt s’ajoutent aux malheurs de l’Alberta dus à la récession, mais à l’échelle nationale, leurs répercussions économiques sont minimales.

Ottawa, le 17 mai 2016 – Le Conference Board du Canada publie aujourd’hui une note de recherche évaluant l’impact des feux de forêt de Fort McMurray sur les économies de l’Alberta et du Canada. Selon cette note, les répercussions sur le produit intérieur brut (PIB) albertain global seront légèrement négatives pour l’année 2016, alors qu’au niveau national, les conséquences seront à peine perceptibles.

Faits saillants

  • Les feux de forêt de Fort McMurray auront un impact légèrement négatif sur le PIB albertain global en 2016. À l’échelle nationale, les répercussions économiques seront minimes.
  • La production de pétrole perdue s’élève en moyenne à environ 1,2 million de barils par jour pendant 14 jours, ce qui se traduit par une perte d’à peu près 985 M$ en PIB réel perdu ou 0,33 % du PIB albertain en 2016, et de seulement 0,06 % du PIB canadien.
  • Il y a cependant des facteurs atténuants, notamment les efforts de reconstruction, qui devraient ajouter environ 1,3 G$ au PIB réel de l’économie albertaine en 2017, ce qui contribuerait à 0,4 % de la croissance globale.

« Le véritable coût de cette tragédie, ce sont ses conséquences sur la vie des gens et leurs moyens de subsistance, la perte de leurs maisons et de leurs effets personnels », déclare Pedro Antunes, économiste en chef adjoint au Conference Board du Canada. « Les propriétés perdues seront reconstruites, ce qui générera une activité économique supplémentaire. Cependant, cela ne signifie d’aucune façon que les Albertains ou les Canadiens seront mieux nantis. En fait, les fonds qui serviront à remplacer le capital perdu endetteront davantage les gouvernements provincial et fédéral et le secteur de l’assurance devra absorber les contrecoups de ce qui se révélera fort probablementcomme la catastrophe naturelle la plus coûteuse de l’histoire canadienne ».

L’arrêt des activités à Fort McMurray et dans l’industrie des sables bitumineux aura un impact majeur sur l’économie locale à court terme. Au niveau provincial cependant, une grande partie de l’activité économique perdue dans la ville de Fort McMurray aura lieu probablement ailleurs. Les familles qui ont été temporairement déplacées vers d’autres régions, principalement en Alberta, devront faire des dépenses pour se nourrir, s’héberger et se procurer d’autres services.

Des pertes de production seront enregistrées dans les sables bitumineux pendant quelques semaines, mais l’ampleur des conséquences dépendra de la durée de l’interruption des activités. Selon le Conference Board, la plupart des installations seront opérationnelles vers la mi-mai ou la fin du mois, faisant en sorte que les pertes de production pétrolière se solderaient en moyenne par environ 1,2 million de barils par jour pendant 14 jours. Cela se traduirait en Alberta par à peu près 985 M$ de moins en termes de PIB réel en 2016, soit un recul de 0,33 % du PIB albertain, et par un repli de seulement 0,06 % de moins du PIB canadien.

Cependant, il existe d’autres facteurs d’atténuation : en raison de l’envergure de la lutte contre l’incendie, les efforts d’urgence et de nettoyage vont générer une grande activité économique. Les compagnies d’assurance ont rapidement mobilisé du personnel et des services pour évaluer les dégâts, fournir de l’aide et distribuer des chèques de dépannage. Les ménages ont également obtenu un financement d’urgence de la Croix-Rouge, alors que le gouvernement de l’Alberta a octroyé aux ménages évacués 1 250 $ par adulte et 500 $ par personne à charge. Ces fonds, totalisant environ 160 M$, seront rapidement dépensés pour répondre aux besoins immédiats des ménages évacués. Ces efforts contribueront à renforcer l’activité économique réelle dans la province.

Dans l’ensemble, on prévoit que l’effet net sur l’économie provinciale sera relativement mineur, retranchant environ 1 point de pourcentage à la croissance du PIB réel en Alberta au cours du deuxième trimestre. Bien que cette baisse soit significative, elle sera temporaire puisque la croissance du PIB réel progressera de façon similaire à la suite de la reprise la production dans l’industrie des sables bitumineux.

Au-delà de 2016, on estime que l’effort de reconstruction ajoutera dans l’économie albertaine environ 1,3 G$ au PIB réel en 2017, ce qui équivaudrait à 0,4 % de la croissance globale provinciale. La construction à Fort McMurray reviendra probablement aux sommets qu’elle a déjà atteints par le passé, en raison de la reconstruction des résidences et des autres infrastructures. D’après les premières estimations, 2 400 bâtiments ont été endommagés ou détruits à Fort McMurray, dont 1 600 logements privés complètement détruits. La plupart des édifices publics de Fort McMurray ont échappé à l’incendie, mais la ville aura besoin de sommes supplémentaires pour réparer et reconstruire les routes et autres infrastructures. Le niveau de l’activité de construction restera donc probablement élevé en 2018 et éventuellement jusqu’à ce que la reconstruction soit terminée, en 2019.

Il est important de noter que le PIB calcule l’activité économique qui génère des revenus par l’intermédiaire des salaires, des profits ou de l’utilisation du capital. Le PIB n’évalue pas directement les pertes de richesse ou de biens, tels que des maisons ou des véhicules. Il ne mesure pas non plus l’impact direct sur les infrastructures ou les investissements privés.

Cette note de recherche intitulée, Economic Repercussions of Fort Mac Fires—More Complex Than at First Glance, est disponible au grand public via notre bibliothèque virtuelle.


For more information contact

Corporate Communications
613-526-3280
corpcomm@conferenceboard.ca


Monthly Newsletter

Get updates about Conference Board research and events by signing up for our monthly newsletter.
 
 
 

RSS Feed

RSS Feed  Subscribe to the Conference Board’s News Release RSS Feed

Access our research

Access to the Conference Board’s reports is free of charge to professional journalists upon request.

Access our experts

Our experts are available to share research insights. Contact us.