Sarah Kay

Sarah Kay

Poétesse de tradition orale

Sarah Kay utilise le pouvoir de la parole pour stimuler la créativité des autres et favoriser leur autonomisation. Dans sa célèbre conférence TED – conférence qui lui a valu deux ovations et qui a été visionnée par plus de sept millions de personnes en ligne – elle raconte l’histoire de sa métamorphose d’adolescente émerveillée baignant dans la poésie à enseignante qui, grâce à son organisme éducatif sans but lucratif, aide les jeunes à découvrir le pouvoir de l’expression individuelle. Artiste talentueuse et oratrice époustouflante, Sarah donne aux publics de tous âges et de tous horizons les moyens d’utiliser les mots pour trouver leur voix.

Sarah est la fondatrice et la codirectrice du projet V.O.I.C.E., un organisme éducatif qui promeut et encourage l’expression individuelle chez les jeunes à travers la poésie orale. Dans le cadre de son organisme, elle a enseigné la poésie orale à des élèves de tous âges, en classe et lors d’ateliers, dans le monde entier. Elle est aussi réalisatrice de films documentaires, dramaturge, chanteuse, parolière, photographe et éditrice chez Write Bloody Publishing. Elle est titulaire d’une maîtrise en enseignement de l’Université Brown et d’un doctorat honorifique en lettres (humanités) du Collège Grinnell.

Sarah a déclamé sa poésie dans différents cadres et événements aux États-Unis, notamment au Lincoln Center, lors du festival du film de Tribeca et au siège des Nations-Unies, où elle a fait partie des artistes qui se sont produits lors de la présentation du Rapport mondial sur la jeunesse de 2004. Sa renommée internationale s’étend jusqu’en République tchèque, au Royaume-Uni, en Inde, en Afrique du Sud, aux Émirats arabes unis, en France et à Singapour.

Elle est l’auteure du livre B, qui a été numéro un des ventes en poésie sur Amazon.com, ainsi que des livres The Type et All Our Wild Wonder. Son dernier ouvrage, No Matter The Wreckage, figure parmi les meilleures ventes en poésie américaine. Ses travaux figurent également dans des revues littéraires comme le Foundling Review, le Damselfly Press, le decomP, le Literary Bohemian et le Pear Noir