Note de conjoncture canadienne

Actualisé : 8 juillet 2021 |  English

Une économie en plein essor, mais pas sans risques.

La campagne vaccinale a démarré lentement au Canada, mais elle s’est accélérée au printemps. À l’heure actuelle, les deux tiers environ des Canadiens sont entièrement ou partiellement vaccinés. Le Canada est donc bien parti pour atteindre l’immunité collective. L’augmentation de la vaccination permet aux provinces d’assouplir les restrictions et de renouer avec un semblant de normalité. Cependant, il reste des obstacles à surmonter, comme la réticence de certains segments de population à se faire vacciner et la persistence de variants de la COVID-19 qui continuent d’apparaître.

Les vaccins permettent de lever graduellement les restrictions sanitaires dans tout le pays. Mais cela ne suffit pas en soi à stimuler nettement la croissance après les ravages causés à l’économie au printemps 2020. Heureusement, beaucoup de Canadiens ont épargné au cours des 14 ou 15 derniers mois, faute de pouvoir dépenser dans des services tels que les voyages et la restauration.

Aperçu des perspectives canadiennes :

  • Perspectives mondiales et pour les États-Unis
  • Secteur des entreprises
  • Secteur des ménages
  • Obsession nationale autour des perspectives du marché du logement
  • Plus de soutien dans le Budget 2021
  • Des taux d’intérêt inchangés… pour l’instant

Abonnés

Télécharger le document d’analyse

Non abonnés

Achetez le document d’analyse (735 $)

Devenir abonné

Principales constatations

L’économie canadienne a déjà retrouvé près de 80 % des emplois perdus pendant la grave récession de l’an dernier. Cependant, les emplois des Canadiens à faible revenue ne sont pas aussi nombreux qu’avant la pandémie. Cette évolution indésirable pourrait persister à moyen terme, car certains emplois – par exemple, dans les bars et restaurants – pourraient avoir disparu pour de bon.

Les déficits budgétaires fédéraux de taille persisteront à moyen terme, mais tout en se résorbant peu à peu. De nouveaux projets de dépenses – y compris le programme national de garderies que le gouvernement fédéral compte créer – continueront de peser sur les dépenses.

Les Canadiens commencent à dépenser une partie de l’énorme épargne accumulée entre 2020 et le début de 2021, d’où une forte hausse des dépenses des ménages. La composition des dépenses changera, les ménages dépensant moins pour l’achat de biens et plus pour des services, comme les voyages.

Le Canada enregistrera cette année une croissance économique de 6,7 %, puis de 4,4 % en 2022. C’est mieux que nous ne prévoyions dans notre mise à jour du printemps et c’est en partie dû à la campagne vaccinale réussie de manière générale qui permet de relancer graduellement l’activité et qui renforce la confiance.


Version précédente