Printer icon Print Page

Le manque d’investissement des entreprises pourrait miner la croissance économique du Canada

Les investissements des entreprises des secteurs hors énergie demeurent faibles, même si de nombreuses industries manufacturières fonctionnent à plein régime ou presque, selon une nouvelle note de recherche publiée par le Conference Board du Canada.

Ottawa, le 30 mai 2016 – Les investissements des entreprises des secteurs hors énergie demeurent faibles, même si de nombreuses industries manufacturières fonctionnent à plein régime ou presque, selon une nouvelle note de recherche publiée par le Conference Board du Canada.

« Durant la dernière année, nous avons souligné la nécessité d’un rebond des investissements des entreprises pour soutenir la croissance économique du Canada », souligne Matthew Stewart, directeur, Prévisions économiques et coauteur de la note de recherche. « Si les investissements hors énergie ne connaissent pas une reprise vigoureuse au cours des prochains mois, les contraintes liées à la capacité dans certaines industries manufacturières pourraient affecter la croissance future. »

Faits Saillants

  • Une reprise des investissements non énergétiques visant à élargir la capacité de production est nécessaire pour faire en sorte que les exportations continuent de stimuler la croissance économique.
  • Selon nos prévisions économiques, une légère augmentation des dépenses d’investissement hors énergie devrait survenir au deuxième trimestre, suivie d’un fort rebond dans la seconde moitié de l’année.
  • Les perspectives d’investissement actuelles des entreprises sont beaucoup plus pessimistes que nos propres prévisions économiques.
  • La plupart des principales industries manufacturières ont atteint ou presque leur capacité de s’accroître.
  • Les industries manufacturières, en particulier, réduiront leurs dépenses en immobilisations d’en moyenne 10,9 % cette année.
  • Sans une reprise des investissements, les contraintes de capacité pourraient entraver le récent dynamisme économique.

Les secteurs du matériel de transport, des produits du bois, de l’alimentation, du métal primaire et du papier ont été les principaux moteurs de la croissance du secteur manufacturier au Canada, représentant 64 % de l’augmentation de la production d’une année à l’autre. Ces industries manufacturières, qui ont donné le ton au Canada quant au rebond des exportations, fonctionnent à plein rendement ou s’approchent rapidement de ce niveau. Au quatrième trimestre de l’an dernier, le secteur des produits du bois fonctionnait à 99,3 % de sa capacité. Le secteur de la fabrication de papier suivait non loin derrière, fonctionnant à 98,2 % de sa capacité, et celui du matériel de transport à 97,3 %. Parallèlement, le taux d’utilisation des capacités du secteur de la fabrication de matériel de transport a atteint un sommet au troisième trimestre de 2015.

Même si de nombreuses industries manufacturières fonctionnent à plein régime, les entrepreneurs hésitent à investir. En fait, les fabricants de divers secteurs industriels prévoient plutôt réduire leurs investissements d’environ 11 % en moyenne en 2016. En outre, les investissements des fabricants de matériel de transport, de produits du bois, d’aliments, de métal primaire et de papier devraient afficher des baisses inférieures à la moyenne.

Lors de l’enquête du Conference Board relative à l’indice de confiance des entreprises, des chefs d’entreprise ont mentionné la faible demande du marché, les politiques gouvernementales, la pénurie de personnel qualifié et la dépréciation du dollar canadien (qui augmente le coût des technologies et des équipements importés) pour justifier leur intention de ne pas investir. La demande du marché devrait progresser grâce au raffermissement de l’économie américaine, mais les autres facteurs tels que les politiques gouvernementales, la pénurie de personnel qualifié et la dépréciation du dollar canadien continueront probablement de freiner l’investissement.

Nous prévoyons toujours une reprise des dépenses d’investissement hors énergie durant le second semestre de l’année en raison de l’accélération de la demande américaine – qui devrait inciter les entreprises à accroître davantage leur capacité. Cependant, l’insuffisance persistante des investissements pourrait limiter considérablement la croissance future du Canada.


For more information contact

Corporate Communications
613-526-3280
corpcomm@conferenceboard.ca


Monthly Newsletter

Get updates about Conference Board research and events by signing up for our monthly newsletter.
 
 
 

RSS Feed

RSS Feed  Subscribe to the Conference Board’s News Release RSS Feed

Access Our Research

Access to The Conference Board’s reports is free of charge to professional journalists upon request.

Access Our Experts

We have a team of experienced researchers and economists who are able to comment on current events or share their expertise for news features.



Connect with Us