Printer icon Print Page

Croissance économique modérée prévue dans les régions métropolitaines de taille moyenne du Québec en 2018

Ottawa, 22 août 2018 — C’est Sherbrooke qui affichera cette année, à 2,1 %, la croissance économique la plus rapide des régions métropolitaines de taille moyenne du Québec. Trois-Rivières suivra tout juste derrière avec une expansion de 1,8 %. Quant à l’économie de Saguenay, elle devrait progresser de 1,3 %, comme l’an dernier, selon la Note de conjoncture métropolitaine de l’été 2018 du Conference Board du Canada.

« Même si Trois-Rivières et Sherbrooke verront leur croissance économique ralentir cette année, ces deux villes continueront de profiter de la robustesse persistante de leur secteur manufacturier, déclare Alan Arcand, directeur associé, Centre des études municipales. À Saguenay, la croissance économique restera modeste, mais constante, soutenue par la progression respectable que connaîtront la construction et les industries de services. »

Faits saillants

  • L’économie de Sherbrooke devrait croître de 2,1 % en 2018.
  • On prévoit que le PIB réel de Trois-Rivières augmentera de 1,8 % cette année, en forte baisse par rapport au gain de 3,5 % enregistré en 2017.
  • On s’attend à ce que la croissance du PIB réel de Saguenay se maintienne à 1,3 %.

À Sherbrooke, la croissance économique devrait ralentir par rapport à celle de 2,6 % atteinte l’an dernier, mais afficher tout de même un taux vigoureux de 2,1 % en 2018. La solide croissance démographique et l’honorable progression de l’emploi aideront à compenser les effets de la hausse des taux d’intérêt et du vieillissement de la population. Par conséquent, les dépenses de consommation ne devraient pas diminuer aussi rapidement que dans d’autres régions métropolitaines de la province, ce qui contribuera à favoriser une croissance respectable dans des secteurs comme la construction, le commerce de gros et de détail et les services d’hébergement et de restauration. Dans l’ensemble, les industries de services devraient enregistrer une croissance de la production de 2,0 %, soit un taux inégalé depuis 2010. Dans le secteur manufacturier de Sherbrooke, la croissance de la production ralentira pour s’établir au taux plus soutenable de 2,5 % en 2018, après un gain spectaculaire de 8,5 % l’an dernier. L’emploi devrait progresser de 1,6 % en 2018 et de 0,7 % en 2019, ce qui représente une amélioration par rapport à l’atonie de l’an dernier.

Après avoir enregistré un gain de production de 3,5 % – le plus important en près de 10 ans –, l’économie de Trois-Rivières perd de la vitesse et devrait connaître une croissance de 1,8 % en 2018. Malgré le ralentissement des dépenses de consommation, les industries de services afficheront quand même une croissance honorable de 1,7 %, alimentée par le dynamisme de certaines industries comme le transport et l’entreposage, les services professionnels, scientifiques et techniques, et les services d’hébergement et de restauration. La croissance de la production devrait demeurer vigoureuse dans le secteur manufacturier local et atteindre 2,8 % cette année. Pour sa part, le secteur de la construction est aux prises avec certaines difficultés, notamment un recul des mises en chantier de logements ainsi que des obstacles, des retards et des annulations touchant de grands projets d’infrastructure. La bonne nouvelle, c’est que de petits projets non résidentiels se développent, si bien que la croissance de la production dans le secteur de la construction sera la même cette année qu’en 2017, soit 1,1 %. Le marché de l’emploi de Trois-Rivières s’apprête à marquer une pause et à enregistrer une contraction de 1,3 %, mais il devrait se redresser rapidement en 2019.

La croissance du PIB réel de Saguenay devrait rester constante, à 1,3 %, cette année, mais on s’attend à une croissance annuelle moyenne plus faible, soit 1,1 %, jusqu’à 2022. Le secteur producteur de biens devrait reprendre des forces et connaître cette année sa première expansion depuis 2012. Une légère augmentation de l’activité dans les secteurs de la fabrication et de la construction explique cette amélioration. Avec le vieillissement de la population, qui se traduira par des départs à la retraite, et les effets de la hausse des taux d’intérêt et des droits américains sur les exportations canadiennes, on prévoit un ralentissement dans le secteur des services. Malgré cela, on s’attend à croissance modérée – 1,5 % – dans l’ensemble des industries de services, celle des services de soins de santé et d’assistance sociale et celle de la finance, des assurances et de l’immobilier faisant partie des moteurs de cette croissance. Du côté de l’emploi, après la création de 2 300 emplois l’an dernier, pas plus de 500 nouveaux emplois nets devraient voir le jour dans l’économie locale, par année, au cours des quatre prochaines années. Néanmoins, le taux de chômage restera stable à 5,8 %.

La Note de conjoncture métropolitaine de l’été 2018 présente l’analyse réalisée par le Conference Board du Canada de 16 régions métropolitaines de recensement (RMR) canadiennes de taille moyenne.


For more information contact

Corporate Communications
613-526-3280
corpcomm@conferenceboard.ca


Monthly Newsletter

Get updates about Conference Board research and events by signing up for our monthly newsletter.
 
 
 

RSS Feed

RSS Feed  Subscribe to the Conference Board’s News Release RSS Feed

Access our research

Access to the Conference Board’s reports is free of charge to professional journalists upon request.

Access our experts

Our experts are available to share research insights. Contact us.



Connect with us