Printer icon Print Page

Les recherches du Conference Board soulignent les avantages de la réforme de l’enseignement des STGM

Les recherches du Conference Board soulignent les avantages de la réforme de l’enseignement des STGM

Il faut en faire davantage pour refléter les cultures autochtones dans les programmes de sciences et de mathématiques

 

Ottawa, le 13 octobre 2020 – Des recherches menées par le Conference Board du Canada ont montré que la réforme des programmes d’études peut contribuer à améliorer les résultats scolaires des élèves autochtones en sciences, technologie, génie et mathématiques (STGM).

 

Les populations autochtones restent sous-représentées dans les emplois en STGM bien rémunérés et axés sur les compétences. Cette situation est problématique, car des études montrent que l’offre d’emploi dans les domaines des STGM est très forte et qu’elle ne fera qu’augmenter dans les années à venir.

 

Une nouvelle étude du Conference Board du Canada met en lumière que le manque de participation des élèves autochtones dans les disciplines de STGM s’explique en grande partie par le fait que les sciences, les mathématiques et la technologie sont essentiellement enseignées dans une perspective occidentale. Les cultures autochtones et leurs façons de comprendre les disciplines de STGM ne sont pas représentées de manière efficace dans les programmes de sciences actuels. C’est pourquoi de nombreux élèves autochtones ont des difficultés à se reconnaître et décident de ne pas suivre de cours de sciences et de mathématiques au secondaire.

 

« La réforme des programmes scolaires est essentielle pour améliorer les résultats scolaires des élèves autochtones, déclare Jane Cooper, chercheuse principale sur les communautés autochtones et nordiques au Conference Board du Canada. Les réformes des programmes d’études doivent prendre en compte et intégrer le rôle des enseignants pour veiller à maximiser les avantages. À l’heure actuelle, seules quelques facultés d’éducation canadiennes apprennent aux enseignants comment intégrer les points de vue autochtones dans l’apprentissage des mathématiques, des sciences et de la technologie. »

 

Le dernier recensement de Statistique Canada a révélé que près d’un quart (24,8 %) des diplômés universitaires canadiens ont suivi une formation dans le domaine des STGM. Et ce sont les emplois dans les domaines des STGM qui connaissent la plus forte croissance au Canada : 4,6 % de croissance annuelle des emplois dans les STGM contre 1,8 % pour l’ensemble du marché du travail. Pour les populations autochtones, les STGM sont essentiels à l’expression de leur autodétermination et à leur croissance économique. Le Conseil national de développement économique des Autochtones a estimé que les occasions manquées, y compris la pénurie de professionnels autochtones en STGM, coûtent au Canada près de 30 milliards de dollars par an en salaires et en productivité perdus.

 

Les sciences autochtones utilisent souvent une approche qualitative et intégrée qui se traduit par une compréhension holistique de la manière de vivre en harmonie avec la nature. Cela diffère de l’approche eurocentrique de la compréhension de l’environnement naturel qui tend à compartimenter les phénomènes et à se concentrer sur la mesure, l’analyse et le contrôle. Les recherches montrent que les élèves autochtones sont plus performants lorsque les éducateurs présentent un programme d’études adapté sur le plan culturel qui combine les modes de connaissance de la nature autochtones avec les connaissances scientifiques occidentales.

 

« Les enseignants autochtones appellent cela l’approche à double perspective, précise Mme Cooper. C’est une façon d’apprendre qui tire parti des forces, des perspectives et des connaissances de la culture occidentale et des cultures autochtones. »

 

Les gouvernements provinciaux et territoriaux reconnaissent le manque de participation des élèves autochtones à l’enseignement des STGM. Mais les efforts déployés pour réformer les programmes d’études et les rendre plus pertinents sur le plan culturel sont souvent minés par l’absence de réformes cohérentes et de grande envergure dans l’ensemble des administrations provinciales et territoriales.

 

Le rapport du Conference Board recommande que les conseils scolaires et les ministères de l’Éducation établissent des partenariats avec les communautés locales pour s’assurer que les points de vue autochtones présentés en classe sont pertinents. Le contexte et la culture varient d’une région à l’autre du pays. Les programmes scolaires et les méthodes d’enseignement devraient en tenir compte. La collaboration avec les jeunes et les dirigeants autochtones au niveau local est importante pour faire en sorte que l’enseignement des STGM soit pertinent pour tous les participants.

 

Cette nouvelle approche, plus collaborative, qui tient compte d’un apprentissage adapté sur le plan culturel, est nécessaire pour que les élèves autochtones voient l’enseignement des STGM comme étant attrayant et accessible, et pour s’assurer qu’ils bénéficient des possibilités croissantes dans ces domaines.

 

À propos du Conference Board du Canada

Le Conference Board du Canada est l’organisme de recherche indépendant le plus avancé du pays. Il a pour mission d’encourager les dirigeants à édifier un avenir meilleur pour toutes les Canadiennes et tous les Canadiens et de leur donner les moyens d’y parvenir grâce à sa recherche réputée et à ses relations uniques. Suivez le Conference Board du Canada sur Twitter @ConfBoardofCda.

 


 

Au sujet du Centre des Compétences futures

Le Centre des Compétences futures est un centre de recherche et de collaboration avant-gardiste qui se voue à préparer les Canadiennes et les Canadiens pour qu’ils aient du succès en emploi et qu’ils satisfassent aux besoins émergents en talents des employeurs. En qualité de communauté pancanadienne, le CCF réunit des experts et des organismes de différents secteurs afin de déterminer, d’évaluer et d’échanger de façon rigoureuse des approches novatrices au développement des compétences nécessaires pour favoriser la prospérité et l’inclusion. Le CCF participe directement à l’innovation grâce à des investissements dans des projets pilotes et de la recherche universitaire sur l’avenir du travail et les compétences au Canada. Le Centre des Compétences futures – Future Skills Centre est financé par le programme Compétences futures du gouvernement du Canada.

 

Personne-ressource pour les médias:

Le Conference Board du Canada

media@conferenceboard.ca 

613-526-3090, poste 224

 

 

 


For more information contact

Corporate Communications
613-526-3280
corpcomm@conferenceboard.ca


Monthly Newsletter

Get updates about Conference Board research and events by signing up for our monthly newsletter.
 
 
 

RSS Feed

RSS Feed  Subscribe to the Conference Board’s News Release RSS Feed

Access our research

Access to the Conference Board’s reports is free of charge to professional journalists upon request.

Access our experts

Our experts are available to share research insights. Contact us.